La semaine où l’UMP a disjoncté

Que s’est-il passé ces derniers jours ? Alors que l’UMP semblait sonnée depuis les élections présidentielle et législatives, nous assistons ces derniers temps à des événements troublants.

Au niveau national, tout d’abord.

Cela a commencé avec l’appel à manifester de M. Copé. Venant d’un parti condamnant sans cesse l’expression du peuple dans la rue, cet appel ne manque pas d’ironie. D’autant plus à quelques mois des élections : l’UMP ne reconnaît-elle donc pas la légitimité des urnes

Cela a continué ce week-end, par des manifestations (encore !) contre le mariage pour tous. Dans un mélange des genres complet, l’UMP a manifesté (fillonistes et copéistes main dans la main) contre le mariage homosexuel. Mélange des genres, puisque l’on trouvait dans cette manifestation les organisations religieuses, aussi bien que des organisations d’extrême droite homophobes.

Parenthèse 1 : comment ne pas bondir d’ailleurs lorsque l’on entend les représentants des grandes religions comparer l’homosexualité à la polygamie/polyandrie, ou à la zoophilie ? Quelle est leur légitimité à vouloir influer sur le mariage civil ? Que diraient-elles dans le cas opposé ? J’imagine avec plaisir l’expression sur les visages des responsables religieux si l’on obligeait les prêtres à marier les musulmans, les imams à marier les juifs…

Parenthèse 2 : comment ne pas bondir, également, lorsque l’on entend, dans la bouche d’organisations « traditionnelles » à tendance fascistes un slogan tel que « Première, deuxième, troisième génération – nous sommes tous des enfants d’hétéros » ? Note : pour les lecteurs peu habitués aux manifestations, le slogan original termine avec « immigrés » ; il est utilisé spécifiquement dans les manifestations contre ce genre d’associations.

On sentait donc l’UMP au bord de la rupture. Rupture avec la vision chiraquienne du mouvement, notamment dans les propos de l’insupportable M. Copé. Depuis hier soir, la rupture est consommée. Drame à l’UMP, dont la crédibilité explose. Je peux vous en parler ; mon parti a connu, peu ou prou, la même chose en 2008 à Reims. L’exemple ne leur a pas suffi, et voici le retour de la droite la plus bête du monde.

Le seul point positif ce matin vient de la conjonction des deux événements : l’UMP a beau scander ce qu’elle veut dans la rue. Aujourd’hui, elle a deux papas !

 

« Oui mais c’est le national, ce n’est pas partout comme ça ! ». Peut-être. Mais la situation à Puteaux est peut-être encore pire ! Dans notre ville bien aimée, c’est la majorité municipale qui disjoncte. Prenez le maire de Puteaux, Mme Ceccaldi-Raynaud. Mettez-la en face du député de la circonscription, M. Fromantin. Vous obtenez le comble du ridicule !

Je ne reviendrai pas sur la campagne des législatives, qui fut sanglante et de caniveau. Depuis la rentrée, la bataille continue ! Le premier round a consisté en la création d’un comité de circonscription par M. Fromantin, comité auquel a été conviée la première adjointe de Mme Ceccaldi. Résultat : celle-ci a démis de ses fonctions son adjointe, en un réflexe infantile du type « t’es plus mon copain ! », ou adolescent amoureux « c’est lui ou c’est moi ». Ridicule.

Elle a continué avec la récupération honteuse de la cérémonie de commémoration du 11 novembre par l’un et par l’autre. Mme Ceccaldi « oublie » d’y inviter le député. Ridicule. Celui-ci s’invite de force. Ridicule. M. Franchi, conseiller général, lui tourne le dos pendant l’ensemble de la cérémonie et refuse de le saluer. Ridicule. M. Fromantin s’en plaint à travers une lettre au préfet qui aurait pu être intitulée « mooonsieuuuur ! Elle est pas gentille avec moi !!! ». Ridicule.

Et, comble du pompon sur le gâteau, Mme Ceccaldi répond avec une lettre d’une rare intelligence (dans tous les sens du terme). Je ne résiste pas à vous en livrer quelques phrases ; je vous certifie qu’elles sont exactes !

« Moi, Maire de Puteaux, je m’étonne que… » (repris 7 fois dans la lettre – n’est pas François Hollande qui veut)

« Moi, Maire de Puteaux, je m’étonne que vous vous soyez tenu aux côtés de l’opposition municipale gauchisante« . parle-t-elle du PS ? Non non, du MoDem. Un parti sans doute très « gauchisant » ! Et Mme Ceccaldi d’ajouter que c’est indigne de la commémoration, et partisan. N’est-ce pas encore plus partisan de relever cette proximité et de l’attribuer à telle ou telle étiquette politique ?

A la lettre est joint un article du Parisien de 2008, scanné, surligné, indiquant que M. Fromantin est coutumier des esclandres lors des cérémonies du 11 novembre. Certes, le parallèle est amusant, et M. Fromantin a sans doute encore beaucoup à apprendre des règles démocratiques, et du respect dû à ce genre de commémorations. Mais il est en revanche assez étonnant de voir qu’une personne, à la Mairie, est chargée de constituer ce genre de dossier sur les « opposants » à Mme Ceccaldi !

Ces pratiques sont dignes d’un autre âge, mais cela fait déjà quelques années que tout le monde sait que les Ceccaldi ne vivent pas dans notre génération. Vivement 2014 et le coup de balai sur la mairie de Puteaux !

 

Lettre JCR JCF

 

Face à ces événements, une question me taraude… Entre Copé (UMP) et Fillon (UMP), ou entre JCR (Ceccaldi – UMP) et JCF (Fromantin – UMP², également appelé UDI), comment font-ils pour se reconnaître ?!

Article tiré du blog Francis Poézévara, Secrétaire de Section

Be Sociable, Share!
Francis POEZEVARA

A propos de Francis POEZEVARA

Âgé de 28 ans, habitant à dans le quartier de Boieldieu, Francis est le secrétaire de section du Parti Socialiste de Puteaux depuis 2009. Il est également Conseiller Municipal depuis 2014.