Des livres brandis face à la barbarie

1914930-presse-papiers-1Le "Traité sur la tolérance" en janvier, "Paris est une fête" en novembre: ces livres sont rapidement devenus des symboles après les attentats meurtriers vécus cette année par Paris, la littérature incarnant pour les Français les valeurs de résistance et de refuge.

"Répondre à la barbarie par des livres, c'est très français. Ca nous rappelle que la France est une nation de tradition littéraire", explique à l'AFP le journaliste et écrivain Pierre Assouline, membre de l'académie Goncourt. "Notre rapport au livre s'inscrit dans ce qu'on appelle l'exception culturelle française".

Comme le "Traité sur la tolérance" de Voltaire après les attaques contre Charlie Hebdo et le supermarché Hyper Cacher, "Paris est une fête", le roman d'Ernest Hemingway a connu un immense regain de popularité depuis les attentats du 13 novembre. L'ouvrage, qui relate le séjour de son auteur à Paris dans les années 1920, s'arrache dans les librairies de la capitale depuis qu'il a été évoqué par Danielle, une septuagénaire interrogée par BFMTV après les attentats.

Publié de manière posthume en 1964, trois ans après la mort de l'auteur, il peut se lire comme un hommage à une ville, vibrante de culture. "Si vous avez eu la chance d'avoir vécu à Paris lorsque vous étiez un jeune homme, alors, où que vous alliez pour le reste de votre vie, elle reste avec vous, car Paris est une fête", écrit l'auteur de "Pour qui sonne le glas".  (…)

Lire la suite de l'article sur Le Point

Article tiré du blog Nadine Jeanne, Conseillère Municipale

Be Sociable, Share!

A propos de Nadine JEANNE

Conseillère municipale PS depuis 2001 - élue en 2001 sur la liste Changer d'ère à Puteaux, réélue en 2008 sur la liste Vivre ensemble à Puteaux