Mémoire d’une étudiante tchèque venue à Puteaux sur les traces de Kupka #2

Im000458

A l'été 2007 Barbara Jaklova une jeune étudiante tchèque a décidé de venir à Puteaux pour en savoir plus sur le peintre Kupka qui y a vécu de 1906 à 1957. Elle a ensuite rédigé en français un mémoire sur ce précurseur de l'art abstrait. Parmi les questions auxquelles elle cherchait des réponses, on trouve celle-ci : où est-il enterré ? Curieusement la réponse à cette question aura un impact déterminant sur le rapprochement entre Puteaux et la région d'Hradec Králové d'où est originaire Kupka.

Nous avons contacté des personnes qui connaissaient ce peintre ou son œuvre, écrit-elle,  et avons appris que son urne était au cimetière du Père Lachaise. Meda Mládková, un témoin de l’enterrrement de František Kupka, dit : « Le 24 juin 1957 quand il est mort, j’ai préparé son enterrement. Madame Kupka ne voulait y inviter personne ni avoir des fleurs parce que les époux Kupka étaient des membres de la maçonnerie libre. Mais à Paris, deux témoins doivent être présents à l’enterrement afin de témoigner que c’est le vrai défunt. A la fin, elle a choisi un beau-frère de Duchamp qui habitait là et un autre peintre comme témoins. » (…)

Restait à retrouver l'emplacement de l'urne : Nous avons contacté Nadine Jeanne pour nous aider. (…) Avec elle, nous sommes allées à l’Hôtel de ville où sont entreposées les archives de Puteaux. Nous avons découvert beaucoup d’informations sur František Kupka, des articles de journaux, des critiques d’expositions, ses affiches et surtout son acte de décès.
L’acte officiel avec des informations concernant la date, le lieu de sa crémation et le lieu où l’urne a été déposée : "une urne en terre cuite, qui, après avoir été plombée et scellée, a été déposée au Columbarium, onzième case, douze mille trois cent cinq. »

Nous sommes revenues au cimetière du Père Lachaise et avons trouvé la case du numéro douze mille trois cent cinq. Mais sur la plaque, il y avait un autre nom. Nous avons demandé à Nadine Jeanne de contacter le bureau du cimetière du Père Lachaise et demander le vrai numéro de l’urne de Kupka. Après de longues recherches, nous avons enfin appris le numéro : vingt-deux mille six cent quatre- vingt seize et avons trouvé la case de l’urne de František Kupka.

Grâce à cette découverte, la région de Hradec Králové avec le préfet Pavel Bradík a commencé à s’intéresser à František Kupka. Le Préfet de région a pris contact avec la mairie de Puteaux qui organisait alors l'exposition Portraits et paysages à l'occasion du cinquantenaire de la mort de Kupka. A l'invitation du maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud, une délégation a pu venir à Puteaux voir l'exposition et se rendre ensuite au Père Lachaise. Barbara conclut sur ce point en disant que la visite à Puteaux a eu une grande influence sur les relations entre notre ville et la région de Hradec Králové

« La région voudrait inviter des collègues français à la conférence tchèco-française dédiée à Kupka que la région prépare avec l’Université de Hradec Králové au mois d’octobre 2008. La dictature communiste voulait effacer la trace d’un peintre célèbre comme un émigrant bourgeois de la culture tchèque. Mais aujourd’hui, la région avec le ministère de la culture voudrait lui rendre sa réputation. Et cela en République tchèque aussi bien que à Puteaux. »

Depuis les échanges se sont mutipliés et cette année, à l'occasion du 60ème anniversaire de la mort de Kupka, une délégation de Puteaux devrait se rendre à Opocno, ville natale de l'artiste.

> Voir la 1ère partie de l'article

> Voir aussi sur ce blog la note Le génie de Kupka enfin reconnu en République tchèque (février 2012)

Article tiré du blog Nadine Jeanne, Conseillère Municipale

Be Sociable, Share!

A propos de Nadine JEANNE

Conseillère municipale PS depuis 2001 - élue en 2001 sur la liste Changer d'ère à Puteaux, réélue en 2008 sur la liste Vivre ensemble à Puteaux